Remous autour de la station d’épuration du Bassin de Thau.

Le cabinet confirme les inquiétudes exprimées  par Henri Loison, président du comité des usagers, en mai au conseil communautaire. Photo E.S.

Le cabinet confirme les inquiétudes exprimées par Henri Loison, président du comité des usagers, en mai au conseil communautaire. Photo E.S. L’utilisation de l’article, la reproduction, la diffusion est interdite – LMRS – (c) Copyright Journal La Marseillaise

Le comité des usagers du cycle de l’eau a présenté  le résultat d’une étude indépendante.Le rapport d’experts pointe le coût exorbitant du projet, qui intègre une usine de méthanisation.

Le projet d’agrandissement de la station d’épuration des eaux blanches (Step) est surdimensionné et trop cher (72 millions d’euros). C’est un cabinet d’études indépendant, Chleaué, qui l’affirme. Le rapport présenté lundi soir au Palace confirme les doutes sur la pertinence de ce projet émis depuis plusieurs mois par les élus sétois d’opposition et par le comité des usagers du Bassin de Thau du cycle de l’eau. Comité qui a lui-même commandé cette étude sur ses propres deniers.

« Le ratio de 210 000 équivalents habitants peut être ramené à 165 000, un calibrage largement suffisant à l’horizon 2050, selon les prévisions de l’agglo, du département et du syndicat mixte, rapporte Henri Loison, responsable du comité citoyen. Par ailleurs le procédé retenu pour traiter les boues, à savoir la méthanisation, n’est peut-être pas le meilleur. Car une telle usine, construite près des habitations, va générer des nuisances sans parler du risque industriel et des coûts élevés pour l’entretien et le fonctionnement. D’autant que l’énergie produite par ce type d’installation est limitée. »

Sur cette usine, comme sur l’ensemble du dossier de l’assainissement, le militant associatif prône l’organisation d’études complémentaires. Une requête réaliste, vu que la procédure d’appel d’offres lancée pour l’agrandissement de la Step a été abandonnée en septembre dernier, le délai imparti aux candidats ayant été jugé insuffisant (un seul avait répondu).

Jusqu’en décembre 2017, date à laquelle le nouveau projet devrait être choisi, il y a donc le temps de la réflexion «Nous ne sommes pas contre l’agrandissement et la modernisation de la station mais sur des concepts réalistes, insiste Henri Loison. Par exemple, au lieu de supprimer tous les lagunages, on pourrait en améliorer certains.»

Depuis la délégation au privé, les tarifs ont augmenté

Lors de cette remise à plat, qui devra intégrer la fusion avec la communauté de communes Nord Bassin de Thau, le comité des usagers entend peser pour un retour en régie publique de l’assainissement. «Le choix de la délégation de service public, acté par l’agglo en mai, a déjà entraîné une hausse du prix (+ 9,87% en moyenne), avec une harmonisation à 1,70 euros le m3. On ne pourra pas revenir sur cette augmentation mais le marché accordé au privé pour un montant de 245 millions d’euros (dont 72 pour la Step) sur 20 ans va être relancé.»

Dans cette bataille de l’eau qui dure depuis des années, les arguments martelés par les élus de gauche, par les usagers et aujourd’hui par les experts, commencent à faire des vagues. «Sans le remue-ménage que nous avons fait, personne n’aurait mis en doute la sincérité du projet de Step», glisse le porte-parole du comité.

«L’obstination est le chemin de la réussite», disait Charlie Chaplin…

Emmanuelle Stange

L’article du journal LA MARSEILLAISE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s