Hôpital de Sète, l’épidémie gagne…

La déclaration de la CGT au CTE du 28/02/2017.

DSCN0787
En 2013, vous nous annonciez une baisse d’activité de certains services et de ce fait devoir présenter à l’ARS un budget en équilibre qui devait passer par un CREF. L’essentiel de ce CREF a concerné le personnel avec un nombre important de suppression de postes.
Malgré les efforts consentis par les agents, l’ARS nous impose en 2015 un avenant à ce CREF avec de nouveau des suppressions de postes et de services…
Nous aimerions connaître les soi-disant économies faites avec la fermeture de la reprographie, je pense que nous serions surpris…
Et que dire, du poste de directeur, qui faisait parti du CREF et que vous avez négociez pour qu’il soit reporté… Mais les autres postes, eux, ne l’ont pas été…
En 2016, de nouveau une baisse d’activité du à la conjoncture entre autre d’un manque de
médecin aux urgences et en médecine, de l’ouverture de la clinique St Roch…
Et donc, nous voilà devant un nouveau CREF. Mais, sur l’hôpital une rumeur court selon laquelle des emprunts toxiques auraient été contractés. Cela n’arrange rien mais pourrait peut-être expliquer certains déficits !!!
Irons nous de CREF en CREF afin de satisfaire l’Etat par son bras droit l’ARS qui souhaite supprimer 22 000 postes dans la FPH… quelle aubaine lorsque l’établissement est en déficit…
Le CREF, 2017, n’a qu’un seul but réduire les dépenses de personnel au détriment de l’amélioration de la qualité des soins. La CGT, s’est toujours prononcée contre les réformes successives visant à améliorer la performance économique des hôpitaux. La CGT, a toujours demandé l’abrogation des lois HPST, santé, hôpital 2007 avec sa tarification à l’activité.
La CGT n’accepte pas que l’hôpital public soit considéré comme une entreprise privée et devoir équilibrer ses finances…
Le mot rentabilité ne devrait jamais être prononcé dans un établissement public…
Le personnel ne doit plus être la variable d’ajustement. Il ne doit plus subir les choix budgétaires des responsables. Nous ne sommes pas responsable de la mauvaise gestion financière aux HBT. Vous vous attaquez aux organisations de travail des agents dans les services de soins, comme-ci ces organisations étaient responsables du déficit des HBT. Vous modifiez les plages horaires d’ouverture de l’AMJ. Petit à petit, ce service viendra à disparaître puisqu’il n’aura plus les moyens nécessaires de fonctionner correctement. Rentabilité toujours la rentabilité…Vous êtes prêts à étudier le travail en 12h00 qui serait selon vous une demande du personnel. Mais cette demande ne serait-elle pas à cause d’un mal-être au travail, un manque de personnel, un manque de reconnaissance, auxquelles les agents essayent d’apporter une solution.
Les 12h00, ne sont pas la solution, puisque cette organisation de travail a des effets néfastes sur la santé des personnels et également sur la sécurité des soins. Dans un hôpital on soigne de l’humain avec de l’humain, mais depuis plusieurs années un manque d’humanisme se fait sentir et s’amplifie. Vous ne pouvez pas demander à des agents travaillant déjà depuis plusieurs années dans des conditions de travail au seuil de la maltraitance, encore des efforts supplémentaires, sans compensation, au contraire vous supprimez ou modifiez, des acquis structurels tel que le jour de la St Louis, le protocole d’accord pour les 35 heures.
Vous annoncez par courrier à tous les agents ayant effectués des heures supplémentaires qu’elles seront payées pour 50% en février et le reste beaucoup plus tard… C’est inadmissible. C’est inadmissible, également que des cadres puissent annoncer aux agents qu’ils les obligeront à revenir sur leur jour de repos pour remplacer des collègues absents. Nous refusons les suppressions de postes. Nous refusons la réduction des mensualités de remplacement pour maladie ou pour les congés. Nous refusons que vous puissiez mettre en balance le choix d’un vigile contre un agent soignant pour l’hôpital d’Agde. Nous refusons la diminution du temps de travail pour les agents contractuels. Nous refusons de faire le deuil d’un service public, d’un accès aux soins et d’un système de santé généreux, accueillant, disponible.
D’autres choix sont possibles, il faut que l’ARS et le gouvernement aillent chercher les financements nécessaires au bon fonctionnement des hôpitaux publics indispensables aux citoyens.
Vous êtes tenu d’adresser aux membres du CTE, les pièces et documents nécessaires afin d’accomplir leurs fonctions. Nous n’avons reçu aucun document relatif au CREF.
Nous ne siégerons, donc, pas à ce CTE.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s